#coronavirus #COVID19 EN DIRECT – Coronavirus – Olivier Véran : "La santé mentale des Français s'est significativement dégrad… – Le Blog Coronavirus-fr.com

#coronavirus #COVID19

18h36: Le Ministre de la Santé écarte l’hypothèse de la réouverture des commerces non-essentiels : « Ce n’est pas parce que le niveau de la marée est en train de baisser qu’on peut sortir en toute quiétude dans la rue. Le confinement n’est pas terminé, il n’est pas d’actualité de déconfiner »

18h26: La ministre déléguée à l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, fait état de 163 décès par jour dans les Ehpad, une situation qui « reste préoccupante »

18h04: Olivier Véran prend la parole pour la conférence de presse du jeudi. Il commence par évoquer les problèmes psychologiques liés au confinement. « La santé mentale des Français s’est significativement dégradée entre fin septembre et début novembre avec une augmentation conséquente des syndromes dépressifs observée pour tous les profils sociodémographiques. Les contraintes qui vous sont imposées pour lutter contre ce virus ne sont pas anodines. Nous vaincrons cette vague, nous terrasserons cette pandémie. Rien ne nous oblige a être malheureux pendant cette période. 

 

 

13h44: « Lors d’un échange téléphonique ce matin avec Bruno Le Maire, Alexandre Bompard a dit qu’afin de favoriser la réouverture des petits commerces, il était d’accord pour suspendre l’opération Black Friday du 27 au 29 novembre », a indiqué jeudi Carrefour à l’AFP, confirmant une information de BFM TV.

« Aujourd’hui, proposition est faite de pouvoir ouvrir les magasins le 28 novembre, en contrepartie d’un report des opérations prévues pour Black Friday. Les adhérents Leclerc se rallieront à une démarche collective qui irait dans ce sens », avait auparavant indiqué sur Twitter le président du Comité stratégique E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc. « Pour des raisons sanitaires, les centres E.Leclerc défendent l’idée d’une réouverture de TOUS les commerces (petits et grands) le plus en amont possible des fêtes de Noël », afin « d’éviter des cohues », explique-t-il encore.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi aux distributeurs de décaler cette opération promotionnelle, Bercy assurant dans la foulée que cette demande ne préjugeait en rien de la décision sur la date de réouverture des commerces. Contrairement aux dates des soldes, le gouvernement n’a pas la main sur la tenue de telles opérations promotionnelles d’initiative privée, venues des États-Unis, et qui connaissent chaque année un engouement croissant.

« Tout est imaginable, mais pas huit jours avant », avait réagi jeudi matin le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux,sur RTL. « Il y a des supermarchés qui ont préparé leur catalogue. (…) On parle beaucoup d’Amazon (…) mais il y a plein de commerçants français qui ont préparé leurs promotions ».

12h23: Le niveau des contaminations au Covid-19 en Allemagne est encore « trop élevé » mais les nouvelles restrictions mises en place au début du mois « sont efficaces » et incitent à « l’optimisme » sur l’évolution de la situation épidémique, a estimé jeudi l’autorité sanitaire de référence.

« Le chiffres sont encore élevés, beaucoup trop élevés » mais « les mesures rigoureuses sont efficaces et nous sommes sur le bon chemin », a déclaré lors d’une conférence de presse Lothar Wieler, président de l’institut de veille sanitaire Robert-Koch (RKI).

Relativement épargnée lors de la première vague de Covid-19, l’Allemagne fait face à une forte hausse des infections depuis plusieurs semaines.

Les bars, restaurants, lieux culturels et de loisirs doivent rester fermés jusqu’à fin novembre, les hôtels sont interdits aux touristes et la population a été invitée à restreindre drastiquement ses contacts.

« Les chiffres se sont stabilisés à un niveau élevé » et « nous constatons un plateau » dans le niveau des nouvelles infections, a relevé M. Wieler, prévenant qu’il était toutefois un peu tôt pour dire s’il s’agissait d’un « retournement de tendance ».

Le président du RKI a toutefois souligné que ces évolutions incitaient à « l’optimisme ».

« Je suis optimiste et veux croire que lorsque nous nous retrouverons ici la semaine prochaine, les chiffres seront à la baisse. Je ne peux toutefois pas le promettre », a-t-il précisé.

11h31: Le point sur ce que l’on sait ce matin

Seuil des 250.000 morts franchi aux Etats-Unis, augmentation des décès en Europe, re-confinement en Australie: même si l’arrivée de vaccins se précise, le monde continue à vivre sous la menace du coronavirus avec pour principales armes confinement et restrictions souvent polémiques.

Alors que l’épidémie fait rage aux Etats-Unis – le pays déplore désormais plus de 250.000 morts, a indiqué mercredi l’université Johns Hopkins – le maire de New York a annoncé la fermeture dès jeudi des écoles publiques. Le taux de positivité des tests dans la première ville américaine a atteint les 3%, seuil à partir duquel le maire s’était engagé à prendre cette mesure auprès des syndicats d’enseignants.

«Nous devons lutter contre la deuxième vague», a souligné Bill de Blasio, en renvoyant tous les élèves vers l’enseignement en ligne pour une durée non précisée.

Pourtant la mesure, qui devrait s’accompagner bientôt d’autres restrictions comme la fermeture des salles de gym et de restaurants, est controversée.

Dans les écoles même, le taux de positivité ne dépasse pas 0,19%. Et beaucoup citent l’exemple européen, où de nombreux pays maintiennent les écoles ouvertes pour le bien-être des enfants, malgré un reconfinement du reste de la population.

Ville la plus endeuillée par la première vague de l’épidémie au printemps, New York a jusqu’ici assez bien résisté à la deuxième: avec 3% de positivité la métropole et l’ensemble de l’Etat de New York sont parmi les moins touchés aux Etats-Unis.

D’autres Etats déplorent des taux de positivité à deux chiffres, autour de 50% parfois dans le Midwest. Et les autorités craignent une nouvelle flambée du virus avec les retrouvailles familiales pour la fête de Thanksgiving, le 26 novembre.

L’arrivée des vaccins des laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna, les plus avancés, se précise pourtant: Pfizer a indiqué mercredi que des résultats complets de ses essais cliniques à grande échelle montraient que son vaccin était efficace à 95% et qu’il demanderait une autorisation de commercialisation «d’ici quelques jours» à l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Les Etats-Unis, l’Europe et d’autres pays ont déjà réservé des centaines de millions de doses. Mais la vaccination sera d’abord réservée au personnel hospitalier et aux personnes les plus vulnérables, et le reste de la population devra attendre encore plusieurs mois.

Les vaccins n’arriveront pas à temps pour enrayer la deuxième vague, et beaucoup de pays «vont continuer à l’affronter sans vaccins», a prévenu mercredi Michael Ryan, responsable des situations d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Je pense que cela mettra au moins quatre à six mois avant qu’il y ait des niveaux suffisants de vaccination où que ce soit», a-t-il déclaré.

L’OMS s’est cependant félicitée d’une baisse du nombre de nouveaux cas en Europe la semaine dernière (-10%), même si la pression reste forte avec 1,84 million de cas supplémentaires.

Si la France est encore loin du déconfinement, l’épidémie y ralentit désormais et le gouvernement s’est réuni mercredi pour préparer un desserrement prudent d’ici Noël.

En Belgique aussi, les autorités sanitaires ont annoncé que les mesures de confinement imposées depuis fin octobre commençaient à porter leurs fruits.

Mais les morts continuent d’augmenter: plus de 29.000 nouveaux morts ont été enregistrés sur le continent européen pendant cette période, soit 18% de plus que la semaine précédente. Et la pandémie menace de submerger certains systèmes de santé, notamment dans le Sud de l’Italie.

Dans ce contexte, et malgré les ravages économiques qui s’aggravent, la liste des restrictions continue de s’allonger.

La Hongrie a prolongé jusqu’au 8 février l’état d’urgence. Les restrictions, qui comprennent un couvre-feu entre 20H00 et 05H00, l’interdiction des rassemblements et les cours en ligne pour les lycées et les universités, devaient initialement prendre fin le 11 décembre.

En Australie, l’Etat d’Australie-Méridionale a annoncé à compter de mercredi minuit un confinement de six jours dans la capitale Adelaïde. Ecoles, restaurants et usines doivent fermer et les habitants sont tenus de rester chez eux.

«Nous frappons fort et tôt. Le temps presse et nous devons agir rapidement et fermement. Nous ne pouvons pas attendre de voir à quel point la situation va se dégrader», a déclaré le Premier ministre de cet Etat, Steven Marshall.

10h46: Bruno Le Maire propose de reporter le « Black Friday » d’une semaine et de l’organiser le vendredi 4 décembre prochain.
Une nouvelle réunion est prévue demain entre le ministre de l’Économie et les représentants de la grande distribution, selon BFMTV.

10h15: Le Japon est en « alerte maximale » après avoir recensé un nombre record d’infections quotidiennes au coronavirus, a déclaré jeudi le Premier ministre Yoshihide Suga, sans toutefois prévoir de nouvelles mesures de restrictions dans l’immédiat. Plus de 2.000 nouveaux cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés mercredi dans le pays, un record national.

Tokyo a par ailleurs dépassé jeudi la barre des 500 nouveaux cas quotidiens, selon les médias locaux, un deuxième record d’affilée pour la capitale du pays après 493 cas détectés la veille. Bien que relativement faibles comparés à d’autres pays, ces chiffres montrent une recrudescence brutale de la pandémie dans l’archipel nippon, où les tests ne sont pas pratiqués à grande échelle.

« Je considère que nous sommes à présent en situation d’alerte maximale », a déclaré le Premier ministre à la presse.

« Je demande au peuple japonais de prendre systématiquement des mesures comme le port du masque », a ajouté M. Suga, en jugeant souhaitable d’y recourir même lors des conversations au restaurant. Selon la chaîne de télévision publique NHK, M. Suga a convoqué des réunions d’experts jeudi et vendredi pour se pencher sur le nombre croissant d’infections avant que le gouvernement n’envisage de mesures supplémentaires.

Le Premier ministre a déclaré qu’il soutiendrait les préfectures qui appelleraient les commerces à fermer plus tôt, et que des restrictions comme limiter les tablées à quatre personnes dans les restaurants devraient être envisagées. « Nous sommes dans une phase d’expansion rapide du nombre d’infections » a commenté Norio Omagari, un spécialiste japonais des maladies infectieuses à l’issue d’une réunion sur la situation sanitaire à Tokyo en présence de la gouverneure de la capitale, Yuriko Koike.

10h00: Le gouvernement Français évoque une adaptation du déconfinement pour Noël et un report des dates du « Black Friday ». Malgré une légère amélioration sur le front de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement joue la prudence et planche sur une « adaptation du confinement » au 1er décembre, avec de nombreuses questions en suspens. « Nous ne sommes pas du tout au déconfinement, on en est même loin », a averti le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à la sortie du Conseil des ministres, préférant parler d’une « adaptation éventuelle du confinement à partir du 1er décembre ».

L’exécutif, qui réunissait aussi un Conseil de défense dans la matinée, est confronté à une équation dont découlent beaucoup de questions : comment desserrer l’étau sans prendre le risque de relancer la circulation du virus et d’être contraint à un troisième confinement ?

Devant les députés, mardi, le Premier ministre Jean Castex avait aussi prévenu que des « dispositions de freinage (…) perdureront ». « Peut-être nous avons déconfiné un peu trop vite » au printemps, a-t-il reconnu.

« L’épidémie ralentit », a confirmé mardi soir le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, mais la « pression hospitalière reste très forte », avec plus de 32.000 malades hospitalisés. Si la pression s’allège un peu sur les services de réanimation, ils restent soumis à une forte tension: 4.759 patients du Covid-19 sont en réanimation, selon les données de l’agence sanitaire Santé publique France. Un chiffre en légère baisse pour le deuxième jour consécutif. 427 morts liées au Covid-19 ont par ailleurs recensées ces dernières 24h dans les hôpitaux, portant le bilan total des décès à 46.698 depuis le début de l’épidémie en France.

Emmanuel Macron s’exprimera la semaine prochaine pour annoncer sur quels points le confinement sera assoupli. D’ici là, le Premier ministre Jean Castex réunira les chefs de partis et groupes politiques vendredi, au lendemain d’un nouveau point du ministre de la Santé Olivier Véran. Si les salles de sport devraient pouvoir accueillir les mineurs dès le 1er décembre et si les cultes pourraient reprendre aussi à cette date, avec des restrictions sanitaires, la question de la réouverture des commerces dits « non essentiels » n’est pas tranchée.

Les libraires, magasins de jouets et boutiques de vêtements notamment doivent pour l’instant se contenter de ventes en ligne et sur rendez-vous, et le secteur réclame une reprise dès le 27 novembre, jour de la gigantesque opération commerciale du « Black Friday », pour ne pas l’offrir sur un plateau aux géants du commerce en ligne. « Un impératif », exhortent deux fédérations (Alliance du commerce et Procos), qui soulignent que le commerce spécialisé a vu son chiffre d’affaires s’effondrer de 80% depuis le nouveau confinement.



Source

Powered by moviekillers.com