#coronavirus #COVID19 Coronavirus : la nouvelle version de StopCovid, appelée Tous Anti-Covid, lancée ce jeudi – France Bleu

#coronavirus #COVID19

Téléchargée par à peine 4% de la population en quatre mois, StopCovid n’a pas trouvé son public. Pour inciter les Français à l’utiliser massivement alors que l’épidémie progresse dans l’ensemble du pays, le gouvernement dévoile ce jeudi une version mise à jour, Tous Anti-Covid, qui proposera de nouvelles options a promis Emmanuel Macron lors d’une interview télévisée sur TF1 et France 2 le 14 octobre.« Il y aura des informations générales, et des informations plus particulières et locales » a-t-il expliqué, « comment circule le virus, où vous êtes, où sont les points pour se faire tester… »

Légère refonte technique

Selon les informations recueillies par Le Parisien, les délais, très courts, n’ont pas permis une refonte technique d’ampleur. Le graphisme de cette nouvelle application sera donc proche de la précédente « avec trois onglets simples et un bouton d’activation de l’outil de détection par Bluetooth ». D’après le quotidien, plusieurs nouvelles fonctionnalités ont finalement été abandonnées comme la possibilité de « numériser les cahiers de rappel en scannant un code QR dans un bar ou un restaurant » ou encore la possibilité de prendre rendez-vous pour un test PCR. En revanche l’application affichera « une liste des laboratoires de test à proximité après avoir entré un code postal ou le nom d’une ville » affirme nos confrères.

« Un mode d’emploi très clair » sera donné aux utilisateurs de l’application a assuré Emmanuel Macron. Cela va consister à « dire aux gens : quand vous allez au restaurant, au bar, à chaque fois que [vous êtes] dans un endroit où il y a risque », il faut activer l’application.

Pas d’interconnection européenne

Alors que les applications de traçage des cas de coronavirus d’Allemagne, d’Irlande et d’Italie sont désormais interconnectées dans le cadre d’un système qui pourrait concerner au total 20 pays européens, le système permettant cette interconnexion ne fonctionnera pas avec la nouvelle appli française, basée sur un protocole « centralisé ». La « passerelle » mise au point par la Commission, opérationnelle après une phase de test en septembre, ne concerne que les applications dites « décentralisées », déjà mises en place dans 17 pays de l’UE et en projet dans trois autres.



Source

Powered by moviekillers.com