#MaladieDeKawasaki Covid-19 : quel groupe sanguin est le plus à risque ? – Marie Claire

#coronavirus #MaladieDeKawasaki

Selon deux nouvelles études réalisées au Danemark et au Canada, publiées le 14 octobre 2020 dans la revue spécialisée Blood Advances, le groupe sanguin jouerait un rôle dans la capacité à être contaminé par le coronavirus ainsi que dans la gravité de la maladie.

Une moindre contamination pour un groupe sanguin en particulier

La première étude, menée par l’équipe de chercheurs danois, a été réalisée sur la base des informations recueillies auprès de 473 654 personnes testées positives au coronavirus entre février et juillet 2020 et ayant été comparées à celles d’un groupe témoin de plus de 2,2 millions de personnes.

La recherche a révélé que les personnes du groupe sanguin O étaient associées à une diminution du risque d’infection à la maladie.

« Le groupe sanguin O est significativement associé à une sensibilité réduite à l’infection par le SARS-CoV-2 », ont écrit les auteurs de l’étude. D’un autre côté, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence significative dans le taux d’infection chez les personnes du groupe A, B et AB.

Par ailleurs, les chercheurs ont tenu à affiner les résultats de leurs recherches en prenant en compte le fait que la répartition des groupes sanguins varie selon les sous-groupes ethniques. Ainsi, les chercheurs ont également contrôlé l’appartenance ethnique des patients. Les résultats ont confirmé que moins de personnes du groupe sanguin O ont été testées positives au coronavirus.

« Il est très important de considérer le groupe de contrôle approprié, car la prévalence du groupe sanguin peut varier considérablement selon les groupes ethniques et les différents pays », a notamment expliqué Torben Barington, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

Peu de formes graves de la maladie chez ces deux groupes sanguins 

La deuxième étude s’est basée sur les données recueillies auprès de 95 patients canadiens atteints de la Covid-19 avec des symptômes sévères nécessitant une hospitalisation. Sur ces 95 patients en soins intensifs inclus dans les analyses, 57 étaient du groupe sanguin O ou B et 38 du groupe sanguin A ou AB.

L’étude a révélé que les patients avec un groupe sanguin A ou AB avaient plus de risque de contracter une forme grave de la maladie, nécessitant alors une ventilation. En effet, 32 des 38 patients des groupes sanguins A et AB ont été placés sous respirateur artificiel, contre seulement 35 pour les patients O ou B. 

Cela pourrait suggérer qu’ils présentent des taux plus élevés de lésions pulmonaires dues au coronavirus. Il en va de même pour ceux qui ont eu besoin d’une dialyse, et cela suggère que les patients atteints de Covid-19 avec des groupes sanguins A et AB peuvent avoir un risque accru de dysfonctionnement des organes.

La durée moyenne du séjour en soins intensifs était donc plus longue pour les patients de groupe A ou AB, environ 13,5 jours, alors que pour les patients O et B, la durée n’excédait pas les 9 jours en moyenne. 

« Collectivement, nos données indiquent que les patients atteints du Covid-19 gravement malades du groupe sanguin A ou AB courent un risque accru de nécessiter une ventilation mécanique, une thérapie d’épuration extra-rénale continue (CRRT) et une hospitalisation prolongée aux soins intensifs par rapport aux patients du groupe sanguin O ou B », ont conclu les auteurs. 

Moins contaminés, mais pas immunisés !

Les résultats de cette recherche confirment les résultats d’une étude antérieure qui a démontré que les patients avec un groupe sanguin O ont un risque réduit de 50 % d’infection grave à coronavirus.

Cependant, ils précisent que « des travaux supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les mécanismes sous-jacents ».

Si les résultats de ces études sont des informations très importantes et utiles dans la compréhension du Covid-19, certains experts de la santé ont tenu à souligner que cela ne modifiera sans doute pas la manière dont les médecins vont traiter les patients qui souffrent de la maladie, a rapporté NBC News

En effet, le lien entre le groupe sanguin et le Covid-19 est encore minime si l’on compare avec d’autres facteurs de risque et de gravité comme l’âge et la comorbidité.

En attendant d’avoir plus de certitudes, il ne faut surtout pas croire que l’on est immunisé contre le Covid-19 si l’on est de groupe O.

Comme l’affirme Jacques Le Pendu, directeur de recherche à l’Inserm-Université de Nantes, au journal Le Figaro : « Attention, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas être contaminé si on est de groupe O. Il ne faut pas changer de comportement et oublier les gestes barrières. Mais à l’échelle de la population, cela permet une certaine protection, un peu de la même façon que l’immunité collective. »



Source

Powered by moviekillers.com